En 2016, j’ai visité 13 pays. L’année dernière, je n’en ai visité « que » 10. Découvrez dans cette revue de l’année 2017 toutes les autres choses qui se sont passées dans mon cabinet de consultation en ligne ainsi que ma vie de thérapeute en ligne et nomade digitale.

 

Mon site web en tant que thérapeute en ligne

Quand j’ai lancé mon entreprise en ligne il y a un peu plus que 2 ans, je savais que je désirais offrir mes services de consultations en ligne dans mes 2 langues maternelles : l’allemand et le français. Mais il m’est rapidement apparu clair qu’il est plutôt fastidieux de promouvoir une activité commerciale en plusieurs langues. C’est pourquoi j’ai décidé de d’abord me concentrer sur la version allemande. Cela se reflète d’ailleurs dans les chiffres des visiteurs de mon site web. La grande majorité (> 80%) de ceux-ci visitent la version allemande de mon site et viennent d’Allemagne, d’Autriche ou même de Suisse. Mais quand on observe la carte des visiteurs de manière un peu plus poussée, on se rend compte que mes lecteur.trice.s et mes client.e.s viennent d’un peu partout au monde…

Herkunft Patienten

Maintenant que les affaires marchent, que je suis facilement trouvable sur la version allemande de Google et qu’une certaine routine s’est mise en place, j’ai commencé à me concentrer de manière plus intensive sur la version française. J’ai fondé une page Facebook en français et je publie de plus en plus d’articles en français. Que je sois maintenant facilement trouvable sur Google se voit également au fait que la majorité des visiteurs de mon site web proviennent de la recherche organique. En 2016, la majorité de mes visiteurs provenaient encore des réseaux sociaux ou de publicités payées par mes soins. Début 2017 j’ai pu arrêter de payer des pubs car même sans elles, je recevais assez de visiteurs sur mon site et surtout assez de clients !

En 2017, j’ai publié en tout 24 articles de blog et j’ai envoyé 14 newsletters.

 

Mon cabinet de consultation en ligne

Environ 2/3 de mes clients choisissent de faire une session de consultation courte de moins de 5 sessions alors que le tiers restant commence une thérapie plus longue. Ces thérapies peuvent durer plusieurs mois, des fois même des années.

Certaines personnes viennent me voir avec un problème relativement clair qu’il est possible de solutionner en quelques heures. D’autres désirent commencer une thérapie plus en profondeur ainsi qu’un accompagnement plus long pour discuter de différents sujets ou « chantiers » qui ont lieu dans leur vie. Bien évidemment, il y a aussi certains clients chez qui il apparait clair, après 1-2 séances, qu’une thérapie avec moi n’est pas ce dont ils ou elles ont besoin, car ils n’ont par exemple pas assez de temps pour appréhender le processus de manière intensive ou une autre forme de thérapie ou de consultation leur serait plus bénéfique.

Mon plus « ancien » client est en thérapie avec moi depuis environ 1 an et demi. Alors que nous nous parlions encore une fois par semaine au début de la thérapie, nous ne nous voyons plus qu’une fois par mois pour discuter du développement et de la mise en place des changements dont nous discutons pendant les séances. Nous discutons également ensemble des nouvelles problématiques qui apparaissent en cours de route. Il est aidant, pour nombre de personnes et même après avoir atteint les objectifs désirés, de garder un rendez-vous régulier avec leur thérapeute afin de les motiver, de leur permettre de travailler sur eux-mêmes et de vraiment mettre en place les actions décidées et pas seulement de manière temporaire mais durable.

En 2017, j’ai travaillé avec des client.e.s qui se trouvaient en Europe, en Amérique du Nord et du Sud, en Afrique et en Asie. La plupart de mes clients sont, comme c’est généralement le cas en psychologie et en thérapie, des femmes. Mais un nombre non négligeable d’hommes trouvent leur chemin jusqu’à moi, que ce soit qu’ils habitent à l’étranger ou parce-qu’ils leur seraient désagréables d’aller voir un.e thérapeute sur leur lieu de vie.

Les thématiques qui sont revenues le plus souvent dans mon travail de thérapeute en ligne au cours de l’année sont des problèmes de relations amoureuses, des peurs, des symptômes dépressifs ainsi que de grands changements professionnels et privés.

 

Ma vie en tant que nomade digitale

Personnellement, j’ai commencé mon année 2017 au plein milieu de l’été australien et je vais maintenant la finir dans l’hiver français. J’ai beaucoup voyagé la première moitié de l’année et j’ai baroudé dans 8 pays sur 3 continents différents.

La seconde moitié de l’année a été un peu plus calme, je me suis « sédentarisée » temporairement en France et j’ai entrepris des excursions plus courtes en Allemagne, en Ecosse et dans plusieurs coins de la France.

Reiseziele Online Therapeutin

J’ai essayé de calculer dans combien de lits j’ai dormi cette année ou dans combien d’endroits différents je me suis retrouvée en fin de compte et d’après mes estimations, j’arrive environ à 60 lieux de couchage. J’ai dormi dans des appartements AirBnB, dans des hôtels, dans des tentes, chez des amis et chez des proches. Mon lit le plus confortable de l’année était en Bosnie Herzégovine, le lit le plus dur au Vietnam et en tout, j’ai dormi environ 6 semaines sur un matelas gonflable dans une tente.

J’ai été interviewée plusieurs fois, j’ai acheté 4 nouvelles cartes SIM, j’ai resauté avec d’autres nomades digitaux et psychologues, j’en ai même rencontré certains personnellement et avec d’autres, j’ai fondé des groupes de réflexion et d’intervision. J’ai été visiter des amis et des proches et j’ai découvert de nouveaux endroits. Ah oui, et j’ai aussi aménagé un potager et j’ai même planté un arbre.

 

****

Comment s’est passée votre année 2017 ? J’ai hâte de lire vos questions et vos commentaires !

 

 

 

Subscribe now for monthly tips and exercises for your mental health & exclusive insights into my virtual practice

Thanks! Don't forget to check your inbox and confirm your subscription! See you soon